Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision déclare que répéter une vidéo montrant un cheval qu’on maltraite était inutile et qu’un avertissement tardif était insuffisant

Ottawa, 29 avril 2020 – Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) publie aujourd’hui sa décision concernant un reportage sur un cheval maltraité diffusé par LCN à son émission d’affaires publiques Le Québec matin. La séquence montrant un cheval traîné par un camion avait été reprise au total onze fois et demie pendant un reportage d’une minute et trente-sept secondes. Le CCNR a conclu que cette répétition enfreignait le Code concernant la violence de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Le Québec matin occupe l’antenne tous les jours de 5 h 30 à 10 h. Le reportage en question, diffusé à 9 h 23 le 27 novembre 2019, montrait la vidéo amateur d’un cheval attaché à l’arrière d’un camion qui le traîne de force dans la neige. La vidéo a été reprise trois fois avant que l’animatrice ne prévienne l’auditoire que les images risquaient de choquer. La même séquence a encore été répétée sept fois et demie en mode plein écran. L’animatrice a informé les téléspectateurs que l’incident s’était produit au Colorado et que le couple à qui appartenait ce cheval avait été inculpé. Les deux animateurs ont commenté l’incident, en le qualifiant d’« épouvantable » et du « genre d’histoire, qu’il passe plus du tout ».

Un téléspectateur s’est plaint que son épouse avait été « traumatisée de voir des images de torture animale », diffusées de surcroît à une heure où des enfants risquaient d’être à l’écoute et sans accorder suffisamment de temps pour changer de chaîne après l’avertissement. Il a écrit qu’il n’avait « pas besoin de voir de la cruauté pour comprendre ce que c’est ». LCN a noté qu’il y avait eu un avertissement et que les animateurs avaient dénoncé l’acte en question.

Le comité décideur francophone du CCNR a étudié la plainte à la lumière des dispositions sur les Nouvelles et émissions d’affaires publiques du Code de l’ACR concernant la violence. Le comité a convenu qu’il était acceptable de montrer la séquence, mais qu’il était excessif de la répéter 11,5 fois. Le comité a conclu à une infraction à l’article 6.2 du Code de l’ACR concernant la violence. Il a également constaté une infraction à l’article 6.3 parce que l’avertissement n’avait été donné qu’après trois reprises de la séquence. De plus, le comité a noté que, pendant que la présentatrice des nouvelles précisait que l’incident s’était déroulé au Colorado, on pouvait lire « Texas » au bas de l’écran. Le comité a néanmoins estimé que l’erreur n’était pas assez significative pour constituer une violation du code au motif de l’inexactitude.

Le CCNR a été créé en 1990 par les radiodiffuseurs privés du Canada pour veiller au respect des codes de normes qu’ils ont adoptés pour leur industrie. À l’heure actuelle, le CCNR se charge d’administrer cinq codes concernant la déontologie, la représentation équitable, la violence, les nouvelles et l’indépendance journalistique. Quelque 800 stations de radio, services de radio par satellite, services de télévision traditionnels et facultatifs dans l’ensemble du Canada sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR, les codes, et d’autres renseignements pertinents sont affichés sur son site web à www.ccnr.ca. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec la présidente du CCNR, Mme Sylvie Courtemanche, scourtemanche@ccnr.ca ou par téléphone au 613-233-4607.