La représentation inexacte, injuste et inappropriée des gais et des lesbiennes constitue une infraction au Code, déclare le Conseil canadien des normes de la radiotélévision

Ottawa, le 11 mai 2005 - Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant la diffusion du 17 septembre 2004 de l’émission religieuse John Hagee Today à l’antenne de CITS-TV (CTS). Le Comité régional de l’Ontario du CCNR en est venu à la conclusion que l’épisode renfermait du contenu indûment discriminatoire quant à l’orientation sexuelle, ce qui est contraire au Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

John Hagee Today est une émission religieuse animée par le pasteur évangéliste américain, John Hagee. Dans un épisode intitulé « Diamonds for Successful Living » (indices précieux pour une vie productive), le pasteur Hagee a abordé, dans son sermon, le manque de pratiques chrétiennes dans le système d’écoles publiques aux États-Unis. Il a critiqué le système scolaire pour avoir supposément interdit la Bible, opté pour le terme « vacances d’hiver » plutôt que « vacances de Noël », et de l’avis de Hagee, fait la promotion de l’homosexualité. Sur le sujet de l’homosexualité, Hagee a déclaré que les homosexuels « recrutent » des enfants et « se mettent à leur faire un lavage de cerveau » puisqu’ils ne peuvent pas avoir d’enfants eux-mêmes. Le CCNR a été saisi d’une plainte de la part d’un téléspectateur qui était d’avis que ces commentaires constituaient de la haine envers les homosexuels.

Le Comité régional de l’Ontario a examiné la plainte à la lumière de l’article 2 (Droits de la personne) du Code de déontologie de l’ACR, lequel stipule que les radiotélédiffuseurs doivent « veiller à ce que leur programmation ne renferme pas de contenu ou de commentaires abusifs ou indûment discriminatoires quant à [...] l’orientation sexuelle [...]. » Il a également étudié la plainte à la lumière de l’article 8 (Émissions à caractère religieux), lequel stipule que les émissions religieuses ne doivent pas contenir « d’attaques contre une autre race ou une autre religion » ou un autre groupe identifiable. Bien que le Comité ait reconnu que CTS a entièrement le droit de diffuser des émissions à caractère religieux dans lesquelles on s’oppose à l’homosexualité, il en est venu à la conclusion que certains genres de commentaires, comme les réflexions mentionnées ci-haut, sont indûment discriminatoires et enfreignent les dispositions sur les droits de la personne et les émissions à caractère religieux. Le Comité a déclaré ce qui suit :

Le Comité régional de l’Ontario accepte le principe selon lequel il y a des commentaires qui, même s’ils sont discriminatoires, peuvent être acceptables dans le contexte des émissions religieuses. [...]

Dans la présente affaire, le Comité est conscient du parti pris du pasteur Hagee. Cela est évident pour quiconque regarde l’émission. Il est résolument contre l’homosexualité. C’est clairement son droit, mais il ne s’arrête pas là. [...] Il impute aux gais et aux lesbiennes « un programme gai » et le « lavage de cerveau » des enfants par les écoles. Il accuse le « lobby homosexuel [...] de prôner ce programme d’études. » Autrement dit, il a attribué aux gais et aux lesbiennes « un but malveillant, insidieux et collusoire, un soi-disant ‘programme’ » [...]. Dans ce cas-ci, [...] le Comité trouve qu’une imputation du genre constitue une infraction aux dispositions sur les droits de la personne et les émissions à caractère religieux du Code de déontologie de l’ACR.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, l’emploi de stéréotypes sexuels et la présentation de violence à la télévision et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont aussi dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code d’éthique journalistique adopté en 1970 par l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 570 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR et tous les codes qu’il administre sont affichés sur son site Web, à , où l’on a aussi accès à d’autres renseignements pertinents, aux sites des membres du Conseil et à d’autres sites d’intérêt. Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (613) 233-4607 ou par courriel à .