La diffusion d’une chanson contenant le « mot F » en anglais pendant les heures de la journée constitue une infraction aux normes de la radiotélédiffusion, déclare le Conseil canadien des normes de la

Ottawa, le 11 mai 2005 - Le Conseil canadien des normes de la radiotélévision (CCNR) rendait publique aujourd’hui sa décision concernant la diffusion de la chanson Locked in the Trunk of a Car par le Tragically Hip à l’antenne de CHOM-FM de Montréal. La diffusion de cette chanson contenant l’expression anglaise « f**ked up » a eu lieu vers environ 15 h 15. Le Comité régional du Québec du CCNR a trouvé que cette diffusion a enfreint le Code de déontologie de l’Association canadienne des radiodiffuseurs (ACR).

Le CCNR a reçu une plainte de la part d’un auditeur qui a formulé des objections contre la diffusion du « mot F » à des moments de la journée où l’on peut s’attendre que les enfants soient à l’écoute. Le Comité régional du Québec a examiné la plainte à la lumière de l’article 9 (Radiodiffusion) du Code de déontologie de l’ACR, lequel stipule que les radiodiffuseurs doivent veiller à ce que leurs émissions ne comprennent pas du langage qui est indûment grossier et injurieux. Le Comité a cité des décisions antérieures du CCNR dans lesquelles les comités du CCNR ont trouvé qu’il y avait eu violation de cet article pour avoir diffusé le « mot F » pendant les heures de la journée. Il a toutefois noté que la langue évolue et qu’il y a lieu de se pencher sur ce groupe de mots au moment opportun. Le Comité a fait les commentaires suivants :

Dans le passé, le CCNR a été saisi de nombreuses plaintes au sujet de la diffusion du « mot F » en anglais et de ses dérivés à la radio aux moments de la journée où l’on peut raisonnablement s’attendre que les enfants soient à l’écoute. Dans la plupart de ces décisions précédentes, il s’agissait de la présence du « mot F » dans des chansons, tandis que dans un plus petit nombre de cas il s’agissait de l’emploi du « mot F » pendant des discussions diffusées à l’antenne de diverses stations. Le CCNR a toujours statué que la diffusion du « mot F » à la radio pendant les heures de la journée et du début de soirée constitue une infraction au Code de déontologie de l’ACR. Le Comité régional du Québec est conscient du fait que la langue est en évolution constante, tant du côté français que du côté anglais de notre héritage linguistique au Canada. Le langage qui était autrefois inacceptable s’est graduellement et invariablement insinué dans l’usage davantage commun. C’est pourquoi il faut revoir l’ancien et le nouvel usage de temps à autre. C’est probablement le cas en ce qui concerne le « mot F » et ses dérivés, qui après tout, possèdent la forme de substantif, de verbe, d’adjectif, d’adverbe et d’interjection en anglais. Certaines de ces formes sont agressives et certaines autres le sont moins, mais il ne fait aucun doute que certains secteurs de la société canadienne les considèrent toutes extrêmement injurieuses.

Le Comité a également fait remarquer que les radiodiffuseurs ont souvent l’option de jouer la version modifiée d’une chanson excluant le langage qui risque d’être injurieux, mais que lorsqu’une telle version n’existe pas, il se peut que leur seul choix soit celui de ne pas jouer la version intégrale aux moments de la journée où l’on peut s’attendre que les enfants écoutent la radio. Par conséquent, il a statué qu’il y avait eu violation du Code de déontologie de l’ACR dans ce cas-ci.

Les radiotélédiffuseurs privés canadiens ont créé eux-mêmes les codes qui constituent les normes du secteur concernant la déontologie, l’emploi de stéréotypes sexuels et la présentation de violence à la télévision et ils s’attendent à ce qu’ils soient respectés par les membres de leur profession. En 1990, ils se sont aussi dotés d’un organisme d’autoréglementation, le CCNR, qu’ils ont mandaté de veiller à l’administration de ces codes de responsabilité professionnelle. Le Conseil a par la suite été chargé de veiller également au respect du code d’éthique journalistique adopté en 1970 par l’Association canadienne des directeurs de l’information radio-télévision (ACDIRT). Plus de 570 stations de radio et de télévision et services spécialisés, d’un bout à l’autre du Canada, sont membres du Conseil.

– 30 –

Toutes les décisions du CCNR et tous les codes qu’il administre sont affichés sur son site Web, à , où l’on a aussi accès à d’autres renseignements pertinents, aux sites des membres du Conseil et à d’autres sites d’intérêt. Pour plus de renseignements, veuillez communiquer avec le président national du CCNR, Ron Cohen, au (613) 233-4607 ou par courriel à .